L’informatique pour superviser les chaînes de production

Superviser les chaînes de production est devenu indispensable dans un contexte où l’environnement concurrentiel mondial est en constante augmentation. Que ce soit dans les entreprises ou en usines, la supervision est pratiquement devenue la règle depuis quelques années.

La supervision offre aux entreprises et industriels la possibilité de produire des produits ou des services de meilleure qualité plus efficacement et à moindre coût. Elle évite aussi les temps d’arrêt et protège les machines et les travailleurs des dangers (réels et informatiques). Pour cela, équipés de bons logiciels de supervision, les gestionnaires doivent surveiller en permanence leurs lignes de production.

En quoi consiste la supervision des chaînes de production ? Pourquoi le faire ? Quel outil pour la supervision ? Les réponses tout de suite !

L’importance de l’intégration de systèmes informatiques IT et OT

Les supervisions (informatiques et industrielles), peuvent être déployées sur une ou plusieurs machines, un atelier ou encore sur toute une unité de production. Il suffit juste que ceux-ci soient informatisés. C’est une condition sans quoi rien ne sera possible. Plus précisément, si vous voulez superviser les chaînes de production de votre entreprise ou de votre usine, il faudra d’abord disposer les chaînes de production en question de système IT (Infrastructure Technology) et OT (Operating Technology).

L’IT (INFRASTRUCTURE TECHNOLOGY)

Les principaux composants de l’infrastructure informatique (ou encore technologie de l’information) comprennent les plates-formes matérielles informatiques, les plates-formes de système d’exploitation, les plates-formes logicielles d’entreprise, les plates-formes de mise en réseau et de télécommunications, les logiciels de gestion de base de données, les plates-formes Internet et les services de conseil et les intégrateurs de systèmes. En gros, il s’agit des ordinateurs, logiciels, base de données, Internet et serveurs reliés dans un même système qui sont utilisés en entreprise. Si la grande majorité des entreprises et usines disposent de système IT, c’est encore loin d’être le cas pour le système informatisé OT.

OT (OPERATING TECHNOLOGY)

Ce sont les systèmes, matériels et logiciels, dédiés au contrôle de la chaîne de production. L’OT concerne notamment des outils comme les consoles de commande, les consoles qui acheminent, comptent et étiquettent les produits. En bref, l’informatique (IT)  s’occupe des informations, tandis que l’OT s’occupe des machines et de la production. Le premier gère le flux d’informations numériques, tandis que le second gère le fonctionnement des processus physiques et les machines utilisées pour les réaliser.

Sachez que c’est uniquement sur la base de ces deux couches de systèmes que la supervision peut être mise en place.

Le logiciel informatique MEMOGuard pour superviser les chaînes de production 

Avant tout, il est important de comprendre que pour superviser des chaînes de production, de simples logiciels de supervision informatique ne suffiront pas. En général, ces derniers ne supervisent que le système IT et sont incapables de gérer le système OT.

Dès que la supervision touche des domaines plus industriels, comme la supervision de chaînes de production ou la supervision de la sécurité en usine par exemple, il vous faut des logiciels aux fonctionnalités plus élargies qui, de préférence, pourraient gérer à la fois l’IT et l’OT. Rassurez-vous, vous n’aurez pas à chercher loin, car de tels outils existent et sont même légion. Mais lequel choisir ? Dans le lot, MEMOGuard se démarque et ferait particulièrement un excellent choix pour la supervision de chaînes de production.

Si MEMOGuard a été expressément conçu pour la supervision industrielle, pour superviser l’OT autrement-dit, il gère aussi très bien le système informatique en exploitant des outils de supervision informatique très connus comme Nagios ou encore Centreon. En optant pour MEMOGuard, vous faites le choix d’une solution qui arrive à superviser n’importe quel système, du moment bien sûr que celui-ci soit informatisé.

Les étapes de la supervision (informatique) des chaînes de production 

Dans la pratique, la supervision consiste en la collecte, le traitement et l’exploitation de données fournies par les machines de production, les outils de mesure et les matériels et logiciels IT.

Voici les trois principales étapes de la supervision :

  1. Collecte de données : Les données sont collectées sur les consoles, les machines, les postes et lignes de production. Ensuite, elles sont sauvegardées un serveur de base de données.
  2. Envoi d’informations : Des informations telles que les données d’ordre de production, les dysfonctionnements, les défauts, les données de production… sont envoyées aux différents acteurs (responsable production, maintenance, contrôle qualité…. pour être étudiées et analysées
  3. Exploitation des résultats : Après avoir étudiées et analysées les données, des programmes envoient ensuite des ordres pour améliorer, stopper, continuer ce qui doit être. Ce sont ces ordres aussi qui enclenchent les prochaines étapes de la production.

En parallèle, d’autres actions sont aussi menées en permanence par l’outil de supervision comme l’affichage des données récoltées sur un ou plusieurs moniteurs, la veille de sécurité et bien plus encore.

Superviser les chaînes de production – dans quel but ?

Il n’y a pas un, mais plusieurs buts. La supervision accorde beaucoup de bénéfices indiscutables :

  1. C’est le meilleur moyen de garantir la transparence au sein de l’entreprise. Étant donné que la production est contrôlée par des machines et logiciels, tout le monde pourra constater de leurs propres yeux les résultats. S’il y a des changements inattendus au niveau de la production, personne n’a besoin d’expliquer ou de se justifier. Le système est là pour décrire en détail la situation. Toute erreur humaine est ainsi évitée.
  2. Les ressources sont utilisées et exploitées correctement. Les services fournis aux clients sont meilleurs. Les outils de supervision enregistrent les matériaux utilisés, les commandes passées, les bons de livraison, les factures, tiennent à jour le calendrier et règlent tout en toute simplicité.
  3. Gain de temps considérable qui se traduit forcément par l’amélioration de la productivité et la réduction des coûts. Le système réduit la paperasserie, éventuellement réduit les efforts et le travail humains.
  4. Les résultats étant toujours vérifiés. Vous pouvez prendre des mesures instantanées en fonction des données du système avant qu’il ne soit trop tard.
  5. Les niveaux de danger sur la chaîne de production deviennent mesurables (fournis sous l’indicateur SIL ou Safety integrity Level), ce qui motive encore plus le personnel à bien appliquer les règles de sécurité. Sans ce type de mesure, il est difficile pour les employés d’évaluer avec précision les dangers qui les menacent.